La Fibromyalgie

La Fibromyalgie | 03/10/2017

Auparavant considérée comme une maladie uniquement psychosomatique, la fibromyalgie est reconnue depuis 1992 par l'OMS comme une maladie rhumatismale.
Il n’existe pas de test fiable à 100 % pour diagnostiquer la fibromyalgie car il existe une multitude de symptômes variables suivant les personnes atteintes.
Dans la plupart des cas, il s’agit d’un diagnostic par élimination.

Les critères de classification les plus couramment acceptés, élaborés en 1990 (“critères ACR 1990”) par le Collège américain de rhumatologie, définissent la fibromyalgie suivant la présence des points suivants :

- une douleur répandue sur tout le corps depuis plus de 3 mois et affectant l’ensemble des quatre quadrants du corps (les deux côtés, au-dessus et en dessous de la ceinture),

- au moins 11 points douloureux à la pression parmi 18 points définis (points de Yunus), bien que des douleurs puissent également exister à d’autres endroits du corps.

En plus de la douleur, les symptômes les plus fréquents sont :

  • Des douleurs musculaires diffuses qui s'accompagnent de raideurs matinales, et de certains endroits précis du corps douloureux au toucher (voir le schéma). Le cou et les épaules sont généralement les premiers endroits douloureux, suivis par le dos, le thorax, les bras et les jambes. Dans les situations extrêmes, un simple toucher ou même un effleurement cause des douleurs sur tout le corps (un phénomène nommé allodynie). La douleur peut s’accompagner de l’impression que les zones douloureuses sont gonflées.
     
  • Une douleur constante, mais aggravée par les efforts, le froid, l’humidité, les émotions et le manque de sommeil.
     
  • Un sommeil léger et non réparateur, causant une fatigue dès le réveil.
     
  • Une fatigue persistante (toute la journée), présente dans 9 cas sur 10. Le repos ne permet pas de la faire disparaître.
     
  • ces principaux symptômes peuvent s’ajouter des symptômes moins caractéristiques, mais tout aussi gênants.
     
  • Des maux de tête ou de fortes migraines, possiblement causés par des tensions musculaires au cou et aux épaules, et par un dérèglement des voies naturelles de contrôle de la douleur.
     
  • Un syndrome de l’intestin irritable : diarrhée, constipation et douleurs abdominales.
     
  • Un état dépressif ou une anxiété (chez environ le tiers des personnes fibromyalgiques).
     
  • Des difficultés de concentration.
     
  • Une augmentation de l'acuité des sens, soit une sensibilité accrue aux odeurs, à la lumière, au bruit et aux changements de température (en plus de la sensibilité au toucher).
     
  • Un engourdissement et des fourmillements aux mains et aux pieds.
     
  • Des menstruations douloureuses et un syndrome prémenstruel marqué.
     
  • Un syndrome de la vessie irritable (cystite interstitielle).